Économie

La Banque mondiale laisse Patisen voler de ses propres ailes

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 25 février 2016 à 11:28

Une publicité pour la société Patisen, à Dakar © Lee Gotemi/J.A.

La Société financière internationale (IFC), la filiale de la Banque mondiale consacrée au secteur privé, est, selon nos informations, en discussion avec la direction de Patisen pour sortir du capital de ce groupe agroalimentaire sénégalais.

Au sein de l’IFC, l’opération est pilotée par Abdellatif Kabbaj, responsable des investissements dans l’agrobusiness. Et « une bonne entente » régnerait entre les deux parties. En 2011, afin d’aider Patisen à améliorer ses outils de production et à se développer en Afrique de l’Ouest, IFC avait injecté 1,6 milliard de F CFA (2,4 millions d’euros) dans l’entreprise pour prendre 20 % de son capital. Ce montant avait été doublé d’un prêt de 5,5 milliards de F CFA.

Fondé par Youssef Omaïs, le groupe bénéficie d’une situation financière « très confortable » – 143 millions de dollars (104 millions d’euros) de chiffre d’affaires en 2013 – grâce au succès de ses bouillons (Ami, Mami, Doli) et autres condiments (marques Chocopain, Adja). Le groupe vient d’ailleurs d’entamer un programme d’investissement pour un montant équivalent à 110 millions d’euros, qui comprend notamment la construction d’une usine de mayonnaise, attendue d’ici au mois de juin.