Justice

Impayé stratégique à la Gécamines

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 février 2016 à 12h30
Mine de la Gécamines, en RD Congo.

Mine de la Gécamines, en RD Congo. © DR

Alors que l’état des finances de la Gécamines continue à inquiéter, le cabinet de conseil Alandia a déclenché en janvier, en Europe, plusieurs procédures contre la compagnie minière congolaise détenue à 100 % par l’État, avec l’assistance du cabinet White & Case.

Fondé par Nicolas de Germay, dont le principal fait d’armes en Afrique est d’avoir conseillé l’OCP au moment de sa restructuration, Alandia affirme ne pas avoir été payé dans le cadre d’une mission menée auprès de la Gécamines entre juillet et septembre 2014. Une de ses équipes avait alors commencé à travailler sur un nouveau plan stratégique pour le groupe, qui, malgré son important patrimoine minier, ne cesse de perdre de l’argent.

Son ancien directeur général, Ahmed Kalej Nkand – débarqué en juillet 2014 – avait sollicité la mission, qui avait été avalisée par le président, Albert Yuma Mulimbi, et le conseil d’administration. Plus de 350 000 euros seraient encore dus au cabinet, bloquant la remise d’un rapport pourtant riche en enseignements…

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer