Politique

Algérie : Bouteflika, Juppé et la santé de Chirac

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 09 février 2016 à 10h32
Abdelaziz Bouteflika et Alain Juppé, en 2011

Abdelaziz Bouteflika et Alain Juppé, en 2011 © AFP

Avec Alain Juppé, le maire de Bordeaux, qu’il a reçu le 2 février dans sa résidence de Zeralda, le président Bouteflika a parlé pendant quarante-cinq minutes des relations algéro-françaises, de la Syrie et de la Libye.

Mais il s’est aussi enquis de la santé de Jacques Chirac, l’ancien président, hospitalisé pendant deux semaines en décembre 2015, et a chargé son hôte de lui témoigner « son amitié et son affection ». Bouteflika n’a en revanche pas eu un mot pour Nicolas Sarkozy, le grand rival de Juppé pour la future primaire de la droite. Il fut pourtant un temps où les deux hommes s’appréciaient, mais leur lune de miel a tourné à l’aigre. « Ses cinq années à l’Élysée ont été un gâchis », confia un jour le président algérien à un ambassadeur de France.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte