Elections

Côte d’Ivoire : année marathon pour Ouattara

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, à Abidjan le 29 octobre 2015.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, à Abidjan le 29 octobre 2015. © Schalk van Zuydam/AP/SIPA

Pour les responsables politiques et, singulièrement, les membres du gouvernement, 2016 ne sera pas de tout repos.

Il y aura d’abord, au deuxième trimestre, la fusion du Rassemblement des républicains (RDR), la formation du président, et du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) au sein de ce qui devrait s’appeler le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Ensuite, au troisième trimestre, une révision par référendum de la Constitution, qui redéfinira notamment les conditions d’éligibilité conformément aux accords de Linas-Marcoussis et créera le poste de vice-président sur les modèles nigérian et ghanéen.

En novembre-décembre se tiendront les élections législatives, dans la configuration postfusion RDR-PDCI. Enfin, Sansan Kambilé, le ministre de la Justice nommé le 12 janvier, aura la lourde charge d’organiser les multiples procès liés à la crise postélectorale de 2011. « Tous les procès, sans exception », insiste un haut fonctionnaire de la présidence, manière de dire que personne, pas même les partisans du chef de l’État et les fameux comzones, n’échappera à une présentation devant les juges. Sueurs froides en perspective.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte