Politique

Syrie : Bachar en position de force

Réservé aux abonnés | | Par
Des habitants de la ville chiite de Zahraa saluant les forces loyalistes, le 4 février.

Des habitants de la ville chiite de Zahraa saluant les forces loyalistes, le 4 février. © AFP

Lentement mais sûrement, l’intervention militaire russe sur les fronts syriens, débutée en septembre 2015, fait basculer le rapport des forces en faveur du régime.

Perdant pied partout il y a encore six mois, les troupes de Bachar al-Assad et leurs alliés ont repris une centaine de villes et de villages en trois mois d’offensive. Le 4 février, Damas se félicitait d’avoir remporté sa plus grande victoire depuis 2011 après avoir brisé en trois jours de combats le siège de deux localités loyalistes au nord d’Alep, une conquête qui lui a permis d’achever l’encerclement des quartiers rebelles de la ville.

Pour le secrétaire d’État américain John Kerry, cet assaut « a clairement montré le désir de chercher une solution militaire plutôt que de permettre une solution politique », et l’envoyé spécial des Nations unies Staffan de Mistura a annoncé la suspension jusqu’au 23 février des pourparlers de paix entre l’opposition et le régime qui s’étaient ouverts dans le scepticisme, le 29 janvier, à Genève.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer