Culture

Livres : penser les tueries du 13 novembre avec Alain Badiou

Dans un court essai, le philosophe français Alain Badiou se livre à une analyse lumineuse et salutaire des causes des attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 février 2016 à 12:51

Un blessé évacué lors des attentats de Paris, le 13 novembre 2015. © Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

Alors que la sidération et la peur incitent à rester prisonniers de l’affect, il enjoint au contraire de refuser de laisser ces événements impensés. « La déclaration de l’impensable, c’est toujours une défaite de la pensée, et la défaite de la pensée, c’est toujours la victoire précisément des comportements irrationnels, et criminels », écrit-il.

Son analyse géopolitique décrit la structure d’un monde contemporain où le capitalisme mondialisé a triomphé, affaiblissant les États et laissant sur le bord de la route une grande majorité d’individus. Cette tuerie de masse doit ainsi être comprise comme l’un des « nombreux symptômes actuels d’une maladie grave du monde contemporain », dont la guérison dépend de l’émergence d’une politique mondiale non inféodée aux intérêts financiers.

Notre mal vient de plus loin © éd. Fayard

Notre mal vient de plus loin © éd. Fayard

>> Notre mal vient de plus loin. Penser les tueries du 13 novembre, d’Alain Badiou, éd. Fayard, 72 pages, 5 euros