Diplomatie

RD Congo : comment Edem Kodjo a été désigné facilitateur

Edem Kodjo, l'ancien Premier ministre togolais, a été nommé facilitateur dans la crise congolaise. © CAMILLE MILLERAND POUR J.A.

C'est un communiqué de l'Union africaine daté du 14 janvier qui a pris toute l'opposition congolaise à revers.

Alors que cette dernière était unie dans son refus de tout dialogue avec le pouvoir au sujet du calendrier électoral, Nkosazana Dlamini-Zuma, la présidente de la Commission, y prenait publiquement la défense de cette initiative en nommant au poste de facilitateur Edem Kodjo, ancien Premier ministre togolais et médiateur chevronné. À la satisfaction de la présidence congolaise.

À en croire un conseiller du président, c’est en effet la RD Congo qui aurait sollicité la nomination d’un facilitateur : « Nous avons tiré les leçons de notre échec à l’ONU, où nous avions soumis à Ban Ki-moon une liste de noms pour conduire cette facilitation. Au bout de plusieurs semaines, nous n’avions toujours pas de réponse…

Cette fois, nous avons écrit à Mme Dlamini-Zuma pour lui demander son aide, en la laissant libre de choisir qui elle voulait. Elle nous a immédiatement répondu. » Il n’est pas certain que ça débloque la situation, mais ça aura au moins donné un regain de légitimité à l’initiative présidentielle.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte