Politique

Algérie : vers des super-ministères ?

Abdelmalek Sellal, Premier ministre algérien. © Thomas Samson/AFP

C'est par voie parlementaire, et non référendaire, que la nouvelle Constitution algérienne doit être amendée dimanche.

Le Conseil constitutionnel en a en effet validé l’ultime version sans y apporter de modification. Le président Bouteflika a convoqué une session extraordinaire des deux chambres du Parlement pour faire adopter le texte à main levée – sans débat, donc – le dimanche 7 février.

Dans la foulée, il devrait procéder à un remaniement du gouvernement. En ces temps de restrictions imposées par la crise pétrolière, on évoque avec insistance à Alger la création de super-ministères (Planification, Économie nationale) dépendant directement d’Abdelmalek Sellal, le chef du gouvernement – assuré pour sa part d’être reconduit dans ses fonctions -, mais dotés de larges prérogatives.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte