Politique

Burkina – Côte d’Ivoire : normalisation à marche forcée

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 4 février 2016 à 09:06

Rencontre entre les présidents ivoirien, Alassane Ouattara, et burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, le 29 janvier 2016, à Addis-Abeba. © Facebook / Présidence Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire s’efforce de remédier à la fraîcheur de ses relations avec le Burkina.

Mi-janvier, Albert Mabri Toikeusse, son nouveau ministre des Affaires étrangères, s’est entretenu par téléphone avec Alpha Barry, son collègue burkinabè. Objectif ? Relancer le traité d’amitié et de coopération entre les deux pays. Alassane Ouattara, qui s’est entretenu avec Roch Marc Christian Kaboré en marge du récent sommet de l’Union africaine (30-31 janvier, Addis-Abeba), compte par ailleurs dépêcher à Ouaga Marcel Amon Tanoh, son directeur de cabinet à la présidence, où il est chargé des questions diplomatiques – autrement dit, l’un de ses plus proches collaborateurs.

Depuis le départ d ‘Abdou Touré en juillet 2015, la Côte d’Ivoire n’a plus d’ambassadeur au Burkina. L’installation de son successeur, Soro Kapiélétien (auparavant en poste au Liberia), a tardé, en raison notamment des récents troubles à Ouaga. Mais les autorités ivoiriennes sont résolues à accélérer les choses.