Société

Arabie saoudite : femmes, émancipation à (très) petits pas

Face à la multiplication des procès liés à des affaires familiales, le Conseil de la choura – organe consultatif officiel de l’Arabie saoudite, où siègent depuis peu trente femmes -, appuyé par le prince héritier et ministre de l’Intérieur Mohamed Ibn Nayef, a décidé que les veuves, divorcées ou épouses d’étrangers se verront désormais remettre un livret de famille par les services de l’état civil.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 février 2016 à 13:09

Drapeau de l’Arabie saoudite © Edward Muslak/Flickr

Le document était auparavant réservé aux seuls hommes, rendant de facto les femmes totalement dépendantes de leurs époux pour effectuer la moindre démarche administrative. Une mesure aussitôt dénoncée par les milieux conservateurs, qui, sans surprise, ne voient pas d’un bon œil cette avancée réelle en matière de droits des femmes.