Diplomatie

Burundi : qui soutient encore Nkurunziza ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
La police surveille la foule rassemblée pour les funérailles de Ndere Yimana, un opposant, assassiné la veille, le 22 juillet 2015, à Bujumbura, au Burundi.

La police surveille la foule rassemblée pour les funérailles de Ndere Yimana, un opposant, assassiné la veille, le 22 juillet 2015, à Bujumbura, au Burundi. © Jerome Delay/AP/SIPA

Au moment même où les diplomates du Conseil de sécurité de l’ONU atterrissaient à Bujumbura, le 21 janvier, un diplomate français de haut rang dressait ce constat : « La liste de ceux qui font pression sur le Burundi est plus courte, hélas, que celle de ceux qui ne font rien. »

Et de citer la Tanzanie, l’Ouganda et la RD Congo parmi les pays voisins peu soucieux d’inciter Pierre Nkurunziza à engager le dialogue avec son opposition. Du côté du Conseil de sécurité, la Russie et la Chine sont dans le même cas. Paris s’interroge également sur le silence assourdissant de l’Afrique du Sud, qui, depuis trois ans, semble avoir « tiré un trait sur toutes ses ambitions diplomatiques ». Quant à l’Angola, autre poids lourd continental, notre interlocuteur le classe parmi les pro-Nkurunziza.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte