Politique

Nigeria : Biafra, quand l’histoire se répète

Manifestants exigeant la libération de Nnamdi Kanu, nouveau champion de la cause biafraise, le 18 novembre 2015 à Aba, dans le Sud-Est. © PIUS UTOMI EKPEI/AFP

On croyait la guerre depuis longtemps oubliée, mais un sécessionnisme biafrais a refait surface dans le sud-est du pays. Signe d'un profond malaise et d'une mémoire toujours à vif.

Près de cinquante ans après la guerre du Biafra, qui a fait 1 million de morts entre 1967 et 1970, la rébellion biafraise a un nouveau visage. Après le colonel Ojukwu, décédé à Londres en novembre 2011, voici Nnamdi Kanu, un Anglo-Nigérian de 45 ans, qui s’appuie sur un parti sécessionniste, Indigenous People of Biafra (Ipob), et un média de propagande, Radio Biafra, basé à Londres et interdit au Nigeria depuis juillet 2015. L’objectif de Kanu ? L’indépendance des cinq États de la « zone sud-est » du Nigeria, où les Ibos – la troisième communauté du pays – sont majoritaires. Enclavé et sans ressources pétrolières, ce territoire abrite quelque 19 millions d’habitants.

Depuis l’arrivée du nordiste Muhammadu Buhari à la tête du Nigeria en mars 2015, les messages de Nnamdi Kanu redoublent de violence. Le leader biafrais accuse le nouveau président de ne s’entourer que de conseillers originaires du Septentrion. « C’est faux, répond le général Buhari. Le ministre du Pétrole, celui du Travail et le gouverneur de la Banque centrale appartiennent à la communauté ibo. » Surtout, le chef rebelle n’hésite pas à prôner la lutte armée. En septembre 2015, à Los Angeles, aux États-Unis, devant le Congrès mondial ibo, Kanu déclare : « Nous avons besoin de fusils et de balles. Si nous n’obtenons pas le Biafra, tout le monde devra mourir. »

Le 19 octobre, à son retour au Nigeria, Nnamdi Kanu est arrêté par la sécurité nationale et poursuivi pour « sédition, incitation ethnique et crime perfide ». Cette arrestation met le feu aux poudres. Dans les grandes villes de la « zone sud-est », le parti Ipob rassemble des dizaines de milliers de personnes. Le 2 décembre, à Onitsha, les partisans de Kanu tentent de s’emparer du grand pont qui enjambe le fleuve Niger et qui marque à leurs yeux la frontière entre Biafra et Nigeria. La police tire à balles réelles. Dix morts, dont deux policiers. Les manifestants mettent le feu à la principale mosquée de la ville et détruisent huit camions appartenant au nordiste Aliko Dangote, l’homme d’affaires le plus riche du continent.

La nostalgie de la « Republic of Biafra » 

Pour Muhammadu Buhari, déjà confronté dans le nord-est du pays à l’insurrection de Boko Haram, cette révolte du Sud-Est tombe au plus mal. Du coup, le chef de l’État nigérian hausse le ton : « Je ne ferai aucun compromis sur l’unité nationale. Il y a une accusation de crime perfide contre Nnamdi Kanu, et j’espère que la justice va instruire ce dossier. » Mais pour Wole Soyinka, la manière forte ne peut suffire. Pendant la guerre de 1967-1970, le célèbre écrivain, issu de la communauté yoruba et soupçonné de sympathie pour la cause biafraise, a fait deux ans de prison. Aujourd’hui, le lauréat du Nobel de littérature 1986 affirme : « Le Biafra est une mémoire qui ne peut être effacée. »

Derrière ce retour de flamme, il n’y a pas que le malaise social d’une région déshéritée. Dans le secret des maisons, beaucoup d’anciens montrent encore à leurs enfants ces billets couleur vert menthe de 1967 portant la mention « Republic of Biafra ». À la fin de la guerre, en 1970, le président du Nigeria, le général Gowon, a déclaré : « Il n’y a ni vainqueur ni vaincu. » Mais, aujourd’hui, beaucoup d’enfants du Sud-Est nourrissent encore un sentiment de revanche. Muhammadu Buhari devra sans doute faire des gestes d’apaisement.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte