Politique
En mars 2011, dans une rue de Sfax. Depuis, et malgré le chemin parcouru, l’heure n’est plus au romantisme. Cible des critiques : les politiciens. © EMILIO MORENATTI/AP/SIPA

Cet article est issu du dossier

Tunisie : la révolution, cinq ans après

Voir tout le sommaire
Politique

Tunisie : quel regard portent-ils aujourd’hui sur leur pays ?

Même divisés et indignés par le conservatisme ambiant, les militants qui ont contribué à la chute de Ben Ali rêvent toujours d’un printemps des libertés.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 19 janvier 2016 à 14:00
Amira Yahyaoui © Saad/J.A.

Amira Yahyaoui © Saad/J.A.

Amira Yahyaoui, 31 ans, fondatrice d’Al bawsala

« Ceux qui n’ont pas fait la révolution sont de retour. Ils insultent ceux qui sont morts pour elle. C’est une période test, mais le pouvoir et la dignité du citoyen sont en train de reculer. »

Hassen Zargouni © Saad/J.A.

Hassen Zargouni © Saad/J.A.

Hassen Zargouni, 49 ans, statisticien et sondeur, patron de Sigma Conseil

« Le Tunisien, malgré le 14 Janvier, manque de confiance en lui-même. S’il avait moins de craintes et de peurs, il réaliserait de l’extraordinaire. »

Hamma Hammami © Saad/J.A.

Hamma Hammami © Saad/J.A.

Hamma Hammami, 64 ans, porte-parole du Front populaire, opposant à Ben Ali

« Comme les précédentes, la coalition au pouvoir est dépourvue d’une vision d’avenir et n’impulse aucune accélération de la transition démocratique et économique. »

Haythem El Mekki © Saad/J.A.

Haythem El Mekki © Saad/J.A.

Haytem El-Mekki, 27 ans, chroniqueur, ex-blogueur

« Le sentiment général est une énorme désillusion. Mais on se démène pour garder et entretenir l’espoir de pouvoir atteindre certains
objectifs. »

Nadia Khiari © Saad/J.A.

Nadia Khiari © Saad/J.A.

Nadia Khiari, 42 ans, dessinatrice, créatrice du personnage Willis from Tunis

« Alors qu’on peut désormais s’exprimer, il semble qu’on veuille se remettre des barrières. Je n’arrive pas à comprendre… Comment pourrait-on revenir en arrière ? »