Elections

Centrafrique : départ anticipé pour l’ambassadeur de France

Catherine Samba Panza, présidente de la transition en Centrafrique. © Sylvain Cherkaoui/J.A.

Charles Malinas, l'ambassadeur de France en Centrafrique, devrait anticiper son départ de Bangui (prévu pour la mi-2016) dès après le second tour du scrutin présidentiel, le 31 janvier.

Paris lui reproche en effet d’avoir misé sur le mauvais cheval en donnant à ses interlocuteurs la nette impression qu’il soutenait la candidature de Martin Ziguélé, proche du Parti socialiste français, lequel a réalisé au 1er tour une performance jugée très décevante – il est arrivé en quatrième position. « Que le futur président soit Anicet Dologuélé ou Faustin Touadéra, on voit mal comment Malinas pourra cohabiter avec lui », dit-on au Quai d’Orsay.

L’ancien directeur de cabinet de Yamina Benguigui est également un proche de Catherine Samba-Panza, la présidente de transition, dont le mandat prendra fin en mars. Une raison supplémentaire d’acter son départ plus tôt que prévu.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte