Politique

Guinée : Mamady Youla, un Premier ministre qui fait l’unanimité

Réservé aux abonnés | | Par
Mamady Youla, Premier ministre guinéen

Mamady Youla, Premier ministre guinéen © CELLOU BINANI/AFP

Il est le nouveau Premier ministre de la Guinée. Inconnu du public, cet expert du secteur minier fait l’unanimité au sein de la classe politique.

«Un bon choix » : ce sont ses « adversaires » politiques qui le disent. Enfin, si tant est qu’il en ait, des adversaires… Car depuis sa nomination par Alpha Condé au poste de Premier ministre, le 26 décembre, Mamady Youla semble ne récolter que des louanges. Cellou Dalein Diallo, leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée, arrivé deuxième à la présidentielle d’octobre 2015, le qualifie de « garçon brillant », saluant sa « rigueur » et sa « droiture ». Quant à Sidya Touré, président de l’Union des forces républicaines, fraîchement parachuté haut représentant du chef de l’État, il se « réjouit » de sa nomination.

Une longue carrière dans le privé

Si ces ténors de la scène politique disent connaître personnellement le nouveau promu, la plupart des Guinéens l’ont pratiquement découvert le jour de sa nomination. À 54 ans, Mamady Youla a passé l’essentiel de sa carrière dans le secteur privé. Directeur général, depuis 2004, de la compagnie minière Guinea Alumina Corporation – filiale d’Emirates Global Aluminium, chargée de projets majeurs d’exploitation de bauxite (le minerai à partir duquel est fabriqué l’aluminium) dans le pays -, il présidait aussi, depuis 2012, la Chambre des mines de Guinée.

Preuve de modernité

Cet économiste formé à Abidjan et à Paris a travaillé pendant huit ans à la Banque centrale de la République de Guinée, jusqu’en 1997. Il a ensuite occupé des fonctions dans plusieurs entreprises guinéennes, ainsi que dans la haute administration : sous Lansana Conté, il a été conseiller au ministère des Ressources naturelles et de l’Énergie, puis au ministère des Mines, de 1997 à 2003, et conseiller du Premier ministre chargé des questions économiques et minières en 2003-2004.

Beaucoup voient dans ce profil de patron à la « courte » expérience politique un atout, et une preuve de modernité. Reste à savoir si Mamady Youla saura se démarquer de Mohamed Saïd Fofana, son très, très discret prédécesseur, resté dans l’ombre, pendant cinq ans, du très, très présent Alpha Condé…

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte