Dossier

Cet article est issu du dossier «Tunisie : la révolution, cinq ans après»

Voir tout le sommaire
Société

Tunisie : Mohamed Bouazizi, un symbole en cendres

Réservé aux abonnés | | Par
À Sidi Bouzid, sa ville d'origine, le jeune homme était une idole.

À Sidi Bouzid, sa ville d'origine, le jeune homme était une idole. © MADS NISSEN/PANOS-REA

L’immolation par le feu de ce marchand ambulant a été le point de départ des révolutions arabes. Mais avant de faire le tour des réseaux sociaux, son histoire avait été réécrite…

Son geste désespéré a frappé les esprits et son nom est passé à la postérité universelle. En s’aspergeant d’essence devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid, le 17 décembre 2010, pour protester contre la saisie de son chargement de fruits et légumes, qu’il vendait sans autorisation, puis en s’immolant par le feu, Mohamed Bouazizi aura été l’étincelle des révolutions arabes. Décédé le 4 janvier 2011, il a été immédiatement érigé en symbole de la dignité bafouée par l’arbitraire de la dictature. Des places et des avenues ont été renommées à sa mémoire. Mais il ne fait aujourd’hui plus recette, et l’évocation de son nom suscite sarcasmes ou exaspération, même dans sa ville d’origine. Mohamed Bouazizi est devenu l’idole consumée de la révolution.

Manoubia, la mère, et les sœurs du martyr ont déménagé dans la banlieue de Tunis, avant de gagner le Canada

S’il est maintenant un symbole gênant pour ses compatriotes, c’est d’abord parce que son histoire propagée sur les réseaux sociaux et dans la presse s’est révélée en partie travestie. Fédia Hamdi, la policière municipale accusée de l’avoir giflé en lui confisquant sa charrette, a bénéficié d’un non-lieu le 19 avril 2011, et les témoins ont reconnu que l’histoire avait été inventée de toutes pièces. Sa famille a menti sur son état civil. L’homme ne s’est jamais prénommé Mohamed : il s’appelait Tarek. Ses proches avoueront que, dépassés par l’affaire, ils n’ont pas voulu contrarier les médias. Par la suite, on leur a reproché d’avoir accepté une transaction financière avec le régime de Ben Ali et leur supposée cupidité après la révolution. En butte à la jalousie et à l’hostilité des habitants du gouvernorat, Manoubia, la mère, et les sœurs du martyr ont d’ailleurs déménagé dans la banlieue de Tunis, avant de gagner le Canada, qui leur a accordé le statut de réfugiés en mai 2014.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte