Politique

Irak : après Ramadi, Mossoul ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Des soldats d'élite irakiens évacuant des civils à Ramadi, le 4 janvier.

Des soldats d'élite irakiens évacuant des civils à Ramadi, le 4 janvier. © AFP

Soutenues par les frappes aériennes de la coalition conduite par les États-Unis, les forces de sécurité irakiennes contrôlent désormais 80 % de Ramadi, capitale de la province sunnite d’Anbar, tombée en mai 2015 entre les mains des jihadistes de l’organisation État islamique.

En octobre 2015, le gouvernement irakien avait lancé une vaste opération militaire pour reprendre cette ville dans laquelle des milliers d’engins explosifs ont été disséminés. Bagdad envisage maintenant de s’emparer de Mossoul, deuxième ville du pays et bastion de Daesh depuis juin 2014.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte