Politique

RDC : Filimbi à la manœuvre contre Kabila

Franck Otete, Floribert Anzuluni et Yangu Kiakwama, à Paris, le 16 avril 2015 © Vincent Fournier/J.A.

Considérés par les autorités comme partie prenante d'un « mouvement subversif », les jeunes militants du collectif Filimbi (pour la plupart en exil) ont été largement à l'initiative de la mise en place, le 19 décembre, du Front citoyen 2016, vaste regroupement d'ONG des droits de l'homme, de mouvements citoyens, de partis politiques et de personnalités publiques.

Objectif : « mutualiser les ressources » afin de « coordonner les actions » et d’exiger la tenue des élections dans les délais prévus par la Constitution. Depuis le 14 septembre, Filimbi s’efforce de convaincre les responsables politiques et les membres de la société civile opposés au « glissement » du calendrier électoral de la nécessité de « dépasser les ego » et de se regrouper au sein d’une plateforme unique.

À Bruxelles comme à Kinshasa et sur les réseaux sociaux, des échanges ont eu lieu avec Me Jean-Claude Katende, de l’Asadho ; Vital Kamerhe, le leader de l’UNC ; Moïse Katumbi, ancien gouverneur de l’ex-Katanga ; Félix Tshisekedi, de l’UDPS, et beaucoup d’autres. Mais c’est le 11 décembre, dans l’île sénégalaise de Gorée, lors d’un atelier de réflexion lancé par Filimbi et financé par les fondations Konrad-Adenauer (Allemagne) et Brenthurst (Afrique du Sud), que l’initiative s’est véritablement concrétisée. « Il ne restait plus qu’à attendre une date symbolique comme celle du 19 décembre – un an jour pour jour avant la fin du second mandat de Kabila – pour lancer le front », confie une source proche du dossier.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte