Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d'Ivoire - Burkina : destins croisés»

Voir tout le sommaire
Économie

Carte : entre le Burkina et la Côte d’Ivoire, un cordon ombilical…

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 28 décembre 2015 à 08h53
La route reliant le nord et le sud de la Côte d'Ivoire

La route reliant le nord et le sud de la Côte d'Ivoire © Philippe Guionie/J.A.

La coopération économique et financière entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso est encadrée par le Traité d’amitié et de coopération signé en 2009. Une idée qui a germé après la signature des accords de Ouagadougou en 2007 et surtout après la visite de Laurent Gbagbo dans la capitale burkinabè en 2008. La valeur des échanges commerciaux entre les deux pays est passée de 165 milliards de F CFA en 2011 à environ 290 milliards en 2014 (de 250 millions à plus de 440 millions d’euros). Le Burkina Faso est ainsi le sixième État client de la Côte d’Ivoire au niveau mondial.

J.A.

Cordon ombilical © J.A.

… par la route

Les échanges de marchandises par le réseau routier sont passés de 402 000 tonnes en 2011 à 658 000 tonnes en 2014 et devraient progresser significativement si l’autoroute du Nord, qui relie aujourd’hui Abidjan à Yamoussoukro, est prolongée jusqu’à Ouagadougou.

… en électricité

Depuis son accession à la présidence, en 2011, le chef de l’État ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, veille à ce que le Burkina Faso, dont la production nationale est déficitaire, ne manque pas d’électricité. En 2014, la Côte d’Ivoire a exporté 424 400 MWh chez son voisin, soit le double de ses ventes au Mali, et le triple de ses exportations au Togo et au Bénin.

… par le ciel

Air Burkina a scellé avec Air Côte d’Ivoire un partenariat « interligne », et des vols quotidiens entre les deux capitales sont programmés. Si, au départ, Air Côte d’Ivoire exigeait un renforcement de la flotte d’Air Burkina (qui ne possède que deux Embraer 170), les Ivoiriens envisagent plutôt aujourd’hui de parvenir à un partage de codes (accords commerciaux). Selon les statistiques d’Aeria, la société concessionnaire de l’aéroport d’Abidjan, Air Burkina a transporté 19 710 passagers de janvier à début novembre 2015.

… par le rail

Annuellement, le chemin de fer Abidjan-Ouagadougou (exploité par Sitarail, une société commune au groupe français Bolloré et aux deux États) transporte 300 000 passagers et environ 910 000 tonnes de marchandises, composées en grande partie de la récolte burkinabè de coton. Des trains relient les deux capitales 40 fois par semaine en moyenne. Un vaste plan de réhabilitation et de modernisation d’un montant de 400 millions d’euros a été lancé en septembre à Abidjan. À la fin des travaux, le trafic annuel devrait atteindre 2 millions de passagers et 5 millions de tonnes de marchandises, dont 3 millions de tonnes de manganèse venant de la mine de Tambao, au Burkina Faso.

… en carburant

Une grande partie des produits pétroliers commercialisés dans le Pays des hommes intègres provient de Côte d’Ivoire. La Société nationale burkinabè d’hydrocarbures est actionnaire de la Société ivoirienne de raffinage.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte