Livres
La couverture de Global Style Battles

Cet article est issu du dossier

Beaux livres : la sélection de Jeune Afrique pour la fin de l’année 2015

Voir tout le sommaire
Culture

Arts – « Homme blanc, homme noir » : regards croisés

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 29 décembre 2015 à 12:31

Figurine de missionnaire capucin, région de Tuma, RD Congo, (XIXe-début XXe s.). © BPK/ETHNOLOGISCHES MUSEUM, SMB, JURGEN LIEPE

En cette fin d’année, J.A. vous propose une sélection d’ouvrages voyageant entre l’Afrique et le Sud des États-Unis, et réalisés par des photographes, des dessinateurs, des peintres ou des romanciers. À offrir ou à s’offrir.

On ne saura jamais quels sentiments sont passés dans le regard qu’échangèrent le premier homme noir et le premier homme blanc qui se rencontrèrent. On peut imaginer : surprise, peur, curiosité, fascination, dégoût. Se reconnurent-ils comme humains de la même espèce ? On peut en douter au vu de ce que nous raconte l’Histoire. En fouillant dans l’inépuisable bric-à-brac de la création artistique, le catalogue de l’exposition « Homme blanc, homme noir », qui a eu lieu à la Fondation Pierre Arnaud (Suisse) du 27 juin au 25 octobre, explore la manière dont les uns et les autres, en Afrique et en Europe, se sont observés, auscultés, représentés.

Bien entendu, la caricature l’emporte souvent sur l’empathie, en particulier du côté de ces Européens qui cherchèrent à asseoir une supposée supériorité, fût-ce au prix de grandes mystifications pseudo-scientifiques. Mais l’intérêt de l’ouvrage réside surtout dans les œuvres où s’exprime un vrai regard artistique que ne sous-tend aucun projet politique. Peu connues, les représentations des Blancs dans la statuaire africaine racontent d’une autre manière l’arrivée des colons sur le continent et viennent enrichir une histoire de l’art biaisée par son européocentrisme.

Impressions d’Afrique. Homme blanc, homme noir, collectif, éd. Favre, 306 pages, 28 euros