Vie des partis

Sénégal : l’opposition tient sa stratégie pour les prochaines échéances électorales

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 03 décembre 2015 à 19h04
Le président sénégalais Macky Sall

Le président sénégalais Macky Sall © Sunday Alamba/AP/SIPA

L’opposition sénégalaise a défini sa stratégie en vue des prochaines échéances électorales : présenter une liste unique aux législatives de 2017 afin d’obtenir une majorité à l’Assemblée et d’« imposer une cohabitation à Macky Sall » dans l’hypothèse où son mandat serait prolongé jusqu’en 2019.

À l’inverse, pour la présidentielle (qui pourrait se tenir en 2017 si la réduction du mandat présidentiel est entérinée par référendum en mai), le Cadre de concertation des leaders de l’opposition s’est, selon l’un de ses membres, prononcé pour une « pluralité contrôlée de candidatures ».

Objectif : mettre Macky Sall en ballottage en présentant des candidats susceptibles de faire le plein dans les principaux réservoirs de voix : la Casamance, l’axe Dakar-Touba, les grandes villes du Nord. En cas de succès, les opposants se rallieraient à leur représentant qualifié pour le second tour.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte