Économie

Cameroun : quand Edgar Alain Mebe Ngo’o bloque l’embarquement d’un vol Air France pendant 30 minutes

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 1 décembre 2015 à 15:44

Edgar Alain Mebe Ngo’o, ex-ministre camerounais de la Défense, puis des Transports. © DR

Le 23 novembre à l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, Edgar Alain Mebe Ngo’o, le ministre camerounais des Transports, a bloqué l’embarquement du vol Air France à destination de Yaoundé-Nsimalen pendant près d’une demi-heure pour protester contre le siège qui lui avait été attribué.

Ledit siège et celui de son épouse se trouvaient en effet dans la deuxième cabine de la classe affaires. Inadmissible pour le très susceptible ex-ministre de la Défense ! À sa décharge, il est vrai qu’il avait acheté un billet au tarif de la première classe, mais que, ce jour-là, la compagnie française avait affrété un Boeing 777-200 récemment réaménagé et dépourvu de première, au lieu de l’habituel Boeing 777-300, plus spacieux.

Sourd aux supplications du personnel navigant, qui pouvait d’autant moins « surclasser » le couple ministériel que le vol était presque complet, le voyageur a tempêté en vain. Il a fallu l’intervention du commandant de bord pour lui faire entendre raison. Ce genre d’incident n’est pas rare à bord des avions Air France à destination du continent, souvent dépourvus de première classe.

Dans ce cas, la première cabine de la classe business est considérée par certains passagers très soucieux de leur rang comme une « first » de substitution. Au point de tout faire pour y trouver un siège. À noter que Camair-Co, la compagnie nationale camerounaise que le ministre des Transports a pour mission de redresser (et à bord de laquelle il est censé voyager, ne serait-ce que pour montrer l’exemple), affrète elle aussi un vol quotidien entre Paris et le Cameroun…


 

Suite à la publication de cet article, la compagnie Air France a tenu à nous faire part des précisions suivantes :

« Air France dément formellement que le retard du vol AF 900 du 23 novembre 2015 à destination de Yaoundé soit en lien d’une quelconque manière avec la présence à bord du Ministre des transports du Cameroun. Le retard était dû à un aléa de dernière minute dans le chargement des bagages de soute. »

Note de la rédaction :

Dont acte. Nous n’avons d’ailleurs pas écrit que le vol a eu du retard, ni que ce retard était dû à l’incident décrit dans notre article.