Politique
Togo, 5 ans pour tout changer © Àprésent

Cet article est issu du dossier

Togo : 5 ans pour tout changer

Voir tout le sommaire
Économie

Togo : Béatrice Oloa, afropolitaine déterminée à montrer les incroyables talents du continent

Depuis son installation à Lomé, la directrice de l’agence Icon & Co. Group a créé le Dîner des icônes, qui réunit des stars du monde des affaires. Un concept qu’elle compte exporter dans d’autres pays.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 14 décembre 2015 à 12:26

Arrivée à Lomé l’an dernier, la femme d’affaires belge d’origine congolaise (RD Congo) se sent chez elle où qu’elle soit en Afrique. © APRÉSENT POUR J.A.

Rencontrer Béatrice Oloa tient parfois de la mission impossible. De Paris à Lomé en passant par Bruxelles, Yaoundé et Cotonou, elle jongle entre les rendez-vous et ses téléphones portables, toujours connectée à internet. À 43 ans, la femme d’affaires belge d’origine congolaise (RD Congo) aime à se présenter comme une « afropolitaine » qui se sent chez elle où qu’elle soit en Afrique. Comme au Togo, où elle s’est installée l’an dernier pour suivre son mari, cadre chez Siemens et muté à Lomé. « En arrivant ici mi-2014, souligne Béatrice Oloa, j’ai été impressionnée par le nombre de banques, de sociétés d’assurances, de transport, etc. Bref, par le dynamisme de l’activité économique dans le pays. »

Entrepreneuse et communicante dans l’âme, Béatrice Oloa veut voir et montrer l’Afrique comme une terre propice pour les affaires et regorgeant de nombreux talents à valoriser. Après un master en sciences et technologies de l’information et de la communication à l’Université libre de Bruxelles (ULB, 1993-1998), la jeune femme a rejoint Western Union en 1999, dans la capitale belge, puis à Paris, où elle était chargée de la stratégie marketing du groupe à l’égard de la diaspora africaine en Europe.

En 2008, elle s’installe au Cameroun et crée Icon & Co. Group, agence de conseil en image et communication, au sein de laquelle elle développe d’importantes activités de marketing et d’événementiel au service d’entreprises, d’institutions et d’ONG. Activités qu’elle poursuivra de retour à Paris, mi-2012, jusqu’à son départ pour Lomé.

La directrice d’Icon & Co. Group a lancé dans la capitale togolaise le Dîner des icônes, un rendez-vous économique et médiatique dont le but est de mettre en lumière le parcours d’entrepreneurs africains

Depuis le début de cette année, la directrice d’Icon & Co. Group a lancé dans la capitale togolaise le Dîner des icônes, un rendez-vous économique et médiatique dont le but est de mettre en lumière le parcours d’entrepreneurs africains qui ont réussi et, grâce à leurs témoignages, d’encourager les jeunes à « créer leur business », explique-t-elle. Et d’ajouter : « C’est un signal fort, qui montre que l’Afrique a des solutions et ne doit plus être présentée en termes de problèmes. La jeunesse a besoin de l’exemple de ces réussites africaines, qui déploient leur activité sur le continent et aux quatre coins de la planète. »

Pour le côté chic et VIP, ces « dîners networking » (comprenez : de mise en réseau) sont organisés autour des meilleures tables de la capitale togolaise, notamment au Beluga ou à l’hôtel Sancta Maria. La recette fonctionne. Les trois premières éditions ont remporté un franc succès. Chacune d’elles a accueilli une soixantaine de participants (patrons, cadres, jeunes entrepreneurs, ministres, diplomates, journalistes…) autour d’invités d’honneur : le Togolais Didier Acouétey, président du cabinet de recrutement AfricSearch (le 28 février), l’Ivoirien Jean Kacou Diagou, PDG fondateur du groupe d’assurance et de banque NSIA (le 3 juillet), et Reckya Madougou, ex-garde des Sceaux, ancienne ministre béninoise de la Microfinance et de l’Emploi des jeunes et experte internationale en finance inclusive et accompagnement au développement (le 26 septembre).

Béatrice Oloa, qui a déposé la marque Dîner des icônes auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle, compte faire de son concept un rendez-vous bimestriel et l’exporter dans d’autres villes du continent.