Dossier

Cet article est issu du dossier «Togo : 5 ans pour tout changer»

Voir tout le sommaire
BTP & Infrastructures

Énergie : comment Lomé s’est mise à l’abri des grosses coupures

Vue de Lomé.

Vue de Lomé. © Jacques Torregano/J.A.

Une fois n’est pas coutume. Alors que la plupart des métropoles ouest-africaines sont confrontées à une crise énergétique (qui s’est aggravée ces derniers mois), Lomé est parvenu à combler son déficit en électricité grâce à la centrale thermique construite et gérée par ContourGlobal, qui a été mise en service en avril 2010.

L’opérateur américain a signé en 2006 un accord de concession d’une durée de vingt-cinq ans avec le gouvernement togolais pour cette unité d’une capacité installée de 100 MW. Si sa construction a été au centre de polémiques, notamment liées à son coût (un investissement de plus de 145 millions d’euros), l’ouvrage permet aujourd’hui aux Loméens d’avoir de l’électricité au moins 95 % du temps.

« Si vous observez la situation dans d’autres pays de la région, on peut dire que la construction de la centrale de Lomé a été une bonne décision. Aujourd’hui, elle permet au Togo d’éviter les coupures importantes », explique Cheick Oumar Sylla, le directeur général Afrique de ContourGlobal. Et même si les difficultés persistent sur le réseau de distribution, l’alimentation de tous les foyers et, surtout, de toutes les unités industrielles de la capitale est désormais assurée.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte