Dossier

Cet article est issu du dossier «Togo : 5 ans pour tout changer»

Voir tout le sommaire
BTP & Infrastructures

Togo : terminal au top pour l’aéroport international Gnassingbé-Eyadéma

Les travaux de l'aérogare de Lomé, en mai 2014

Les travaux de l'aérogare de Lomé, en mai 2014 © Jacques Torregano/J.A.

La nouvelle aérogare de l’aéroport international Gnassingbé-Eyadéma (dont toutes les routes d’accès ont déjà été rénovées) doit être livrée d’ici à la fin de l’année et, après deux à trois mois de tests, elle sera ouverte au trafic commercial dans le courant du premier trimestre de 2016.

Financé à hauteur de 150 millions de dollars (environ 141 millions d’euros) par China Exim Bank et construit en trois ans par l’entreprise chinoise Weihai International Economic Technical Cooperative Co. (WIETC), le nouveau terminal s’étend sur une superficie de 21 000 m2 et dispose de 4 rampes télescopiques qui donnent un accès direct aux avions. Il va permettre de drainer un flux de voyageurs de 2 millions de passagers et de 50 000 tonnes de fret par an (contre 600 000 passagers et 15 000 t de fret par an actuellement).

De quoi faire de l’aéroport de Lomé « le plus moderne de l’espace Cedeao [Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest] », selon Pierre Konga Walla, consultant en aéronautique. « Ce nouveau terminal ultramoderne et ultrasécurisé devrait répondre aux attentes des compagnies aériennes et, bien sûr, des voyageurs », confirme le colonel Gnama Latta, directeur de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac). De nouveaux transporteurs seraient d’ailleurs en discussion avec les autorités togolaises pour desservir la capitale.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte