Dossier

Cet article est issu du dossier «Beaux livres : la sélection de Jeune Afrique pour la fin de l'année 2015»

Voir tout le sommaire
Livres

BD : au cœur du délire colonial avec « Arsène Schrauwen »

Réservé aux abonnés | | Par
Extarit de la bande dessinée d'Olivier Schrauwen

Extarit de la bande dessinée d'Olivier Schrauwen © 2015 OLIVIER SCHRAUWEN ET L'ASSOCIATION

En cette fin d’année, J.A. vous propose une sélection d’ouvrages voyageant entre l’Afrique et le Sud des États-Unis, et réalisés par des photographes, des dessinateurs, des peintres ou des romanciers. À offrir ou à s’offrir.

«Le 7 décembre 1947, Arsène Schrauwen embarqua à bord du bateau qui le conduirait des rives glaciales de l’Escaut aux plages étouffantes de la colonie » : ainsi commence la bande dessinée Arsène Schrauwen, réalisée par le petit-fils dudit Arsène, Olivier Schrauwen, et publiée par L’Association. Étrange album se déroulant sur 280 pages en rouge et bleu, ce véritable roman graphique offre un moment de lecture à la fois stimulant et pénible. Stimulant, parce qu’il ne suit aucune mode et développe une esthétique personnelle sans concession, aux limites de l’absurde.

Pénible, parce qu’il plonge au plus profond du délire colonial, auscultant scalpel en main une communauté de colons s’essayant à mettre le monde en coupe réglée et incapables de voir, encore moins d’accepter, le merveilleux autour d’eux. À la fin de ce voyage au bout de la nuit célinien, Arsène, peut-être, sera sauvé. Parce que la poésie l’habite, parce qu’il a gardé presque intacte sa capacité d’aimer. Le malaise demeure pourtant, rien n’indiquant que « la colonie » pourra se libérer un jour des délires matérialistes de l’homme blanc.

Arsène Schrauwen, d’Olivier Schrauwen, éd. L’Association, 280 pages, 35 euros

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte