Économie

Tunisie : une garantie américaine revue à la baisse, des intérêts bancaires à la hausse

Au mois de mai, lors de la visite d’État de Béji Caïd Essebsi aux États-Unis, Jacob J. Lew, le secrétaire au Trésor, avait annoncé que la Tunisie bénéficierait d’une garantie américaine pour lever un prêt de 500 millions de dollars.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 25 novembre 2015 à 14:55

Barack Obama et Béji Caid Essebsi en mai 2015 © Nicholas Khamm/AFP

Slim Chaker, qui était à l’époque ministre des Finances et de l’Économie, avait précisé que le taux d’intérêt serait de 2 % et que le remboursement s’échelonnerait sur sept ans. Selon des députés de Nidaa Tounes, le parti majoritaire à l’Assemblée, cette garantie a depuis été réduite de moitié, et les intérêts ont été revus à la hausse. Les responsables américains n’ont pas apprécié que le gouvernement de Habib Essid s’abstienne d’entreprendre une quelconque réforme…