Culture

Danse : « Sacre #2 », le printemps colonial de Germaine Acogny

Germaine Acogny, mère de la danse contemporaine africaine. © François Stemmer

Pour ses 70 ans, Olivier Dubois a offert à Germaine Acogny l'une de ses plus belles partitions en lui façonnant un « Sacre du printemps » unique.

Du sur-mesure pour la mère de la danse contemporaine africaine, qui offre au spectateur quarante minutes d’une intensité rare. Pantalon noir, soutien-gorge assorti, le crâne rasé, la pipe à la bouche, la fondatrice de l’École des sables fait montre d’une présence scénique remarquable alors qu’elle est enfermée dans un cube de verre, sorte de cage qui joue avec l’exhibition dans ce qu’elle a de plus coloniale.

La colonisation, je le répète, déshumanise l’homme même le plus civilisé, prévient-elle

Certes, elle est « l’élue noire » de Maurice Béjart, la fille qu’aurait aimé avoir le chorégraphe, dont l’arrière-grand-mère était sénégalaise et qui lui avait promis le rôle pour son Sacre. Mais elle est surtout l’élue sacrifiée à chaque renouveau saisonnier dans cette pièce composée par Igor Stravinsky, symbolisant pour l’occasion une Afrique avilie et dépossédée. Ces « récoltes d’oreilles », ces « maisons brûlées », « ce sang qui fume, […] on ne s’en débarrassera pas à si bon compte », prévient-elle, citant le Discours sur le colonialisme, de Césaire. Et de poursuivre : « La colonisation, je le répète, déshumanise l’homme même le plus civilisé ; […] la conquête coloniale, fondée sur le mépris de l’homme indigène et justifiée par ce mépris, tend inévitablement à modifier celui qui l’entreprend. »


 

Mon élue noire (Sacre #2), d’Olivier Dubois, avec Germaine Acogny, actuellement en tournée.

Toutes les dates sur www.balletdunord.fr

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte