Justice

France – Cameroun : Atangana ne lâche rien

Thierry Michel Atangana, le 21 octobre, au siège de Jeune Afrique. © Paul Mesnager pour Jeune Afrique

À Paris, l'Assemblée nationale pourrait se saisir du dossier de Michel Thierry Atangana, ce Français d'origine camerounaise emprisonné dans son pays natal pendant dix-sept ans et libéré le 24 février 2014.

Celui-ci est soutenu par le député (ex-socialiste) Olivier Falorni, qui aurait rallié à sa cause « dix à quinze » de ses collègues. Également épaulé par Christophe-André Frassa, sénateur Les Républicains et responsable du Cameroun au sein du groupe interparlementaire France-Afrique centrale, Atangana accuse le Quai d’Orsay et la cellule Afrique de l’Élysée de l’avoir abandonné pendant et depuis sa libération.

Résolu à se battre pour sa réhabilitation, il refuse de garder le silence et aurait décliné plusieurs propositions de reconversion (à l’Agence française de développement, au ministère des Affaires étrangères, etc.). En février dernier, il a sollicité en vain l’intervention de Jacques Toubon, le Défenseur des droits.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte