Vie des partis

Tunisie : l’étrange trinité de Rached Ghannouchi

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Rached Ghannouchi

Rached Ghannouchi © Ons Abid/J.A.

Président du parti islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi va-t-il troquer le discours identitaire très « clivant » qui est le sien depuis 2011 pour une approche plus fédératrice ?

Selon l’un de ses visiteurs, son vœu le plus cher serait que « les portraits d’Abdelaziz Thâalbi, de Habib Bourguiba et de Salah Ben Youssef soient un jour accrochés dans nos écoles ». Une manière subtile de donner satisfaction aux progressistes en faisant figurer Bourguiba dans cette trinité, tout en lui déniant d’être le seul fondateur de la nation tunisienne moderne puisqu’il l’oblige à cohabiter avec le très nationaliste Thâalbi, fondateur du premier Destour, et avec Ben Youssef, son grand rival.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer