Dossier

Cet article est issu du dossier «Les pionniers de la photographie africaine»

Voir tout le sommaire
Arts

Burkina – Photographie : Sory Sanlé, l’oeil des années yéyé à Bobo

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 03 novembre 2015 à 16h54
Autoportrait du photographe.

Autoportrait du photographe. © Sory Sanlé/Courtesy Florent Mazzoleni

À l’occasion de la 10e édition des Rencontres de Bamako, « Jeune Afrique » revient sur quelques pionniers de la photographie africaine.

Florent Mazzoleni se souviendra longtemps de sa rencontre avec Ibrahima Sory Sanlé. En 2011, alors qu’il préparait son livre Burkina Faso, musiques modernes voltaïques, il souhaitait faire la connaissance de l’auteur de pochettes de vinyles qu’il voulait reproduire. Il se rend à son studio à Bobo-Dioulasso et découvre, stupéfait, le photographe en train de brûler des négatifs, des « vieilleries » que celui qui immortalisa les nuits yéyé de Bobo pensait n’intéresser personne.

Au milieu de la poussière, dans des malles, sont entassés quelque 300 000 négatifs relativement bien conservés. Un trésor qui révèle un travail de qualité. L’homme au Rolleiflex né en 1943 a commencé en photographiant des accidents de la route pour la police. Puis, avec l’aide d’un entrepreneur local, il ouvre son studio Volta Photo en 1960. Il fait peindre des décors en Côte d’Ivoire, achète quelques accessoires que l’on retrouve régulièrement sur ses clichés (guitare, transistor, téléphone, pistolet…). On se bouscule pour s’y faire tirer le portrait. Cent francs CFA la vue. Sory Sanlé pratique une photographie accessible, artistique et documentaire à la fois. « Il montre une jeunesse qui a soif de cinéma, écoute du funk, danse le twist », explique Florent Mazzoleni, qui le représente désormais. Chevauchant sa mobylette, Sory Sanlé parcourt Bobo et les villages avoisinants. Il transporte son studio, se rend dans les dancings et traduit les aspirations d’une société enfin libérée du joug colonial.

Sory Sanlé ne se prend pas au sérieux. Il se met lui-même en scène avec beaucoup d’humour. « Il prend la liberté de faire des images loufoques dès la fin des années 1960. Il ose aussi des photos de baisers, des portraits de femmes aux seins nus. Il a un rapport au corps désinhibé. » Une œuvre que l’on peut découvrir en partie à Bordeaux* et qui fera l’objet d’une publication de Florent Mazzoleni, Bobo yéyé !, à paraître en 2016 aux États-Unis.

* Des photographies de Sory Sanlé sont présentées dans l’exposition « Folk art africain ? » au Frac de Bordeaux jusqu’au 19 décembre et à la médiathèque de Mérignac dans l’exposition « À la rencontre de la photographie africaine », jusqu’au 8 novembre.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte