Dossier

Cet article est issu du dossier «Sécurité des chefs d'État : dans le secret des gardes rapprochées»

Voir tout le sommaire
Politique

Sécurité au Gabon : l’ange gardien coréen d’Ali Bongo Ondimba

Réservé aux abonnés | | Par
Ali Bongo Ondimba, président du Gabon.

Ali Bongo Ondimba, président du Gabon. © Bruno Levy/J.A.

Alors que la sécurité des chefs d’État africains vire à l’obsession, les agents chargés de la garantir sont moins nombreux mais mieux formés et mieux équipés. Enquête sur ces hommes qui suivent nos présidents comme leur ombre.

Il est aussi discret qu’omniprésent : depuis plus de trente ans, soit près de la moitié de sa vie (il a 63 ans), Park Sang-chul, « Monsieur Park », comme tout le monde l’appelle, dirige la sécurité personnelle du président gabonais Ali Bongo Ondimba. Ce Sud-Coréen, qui n’a guère le physique d’une armoire à glace même s’il ne vaut mieux pas s’y frotter (il est grand maître de taekwondo, 8e dan), véritable star dans son pays, est en permanence dans l’ombre du « patron ». Toujours impeccablement mis, il règne sur le premier étage du Palais du bord de mer, gère l’emploi du temps du chef de l’État ainsi que ses audiences (qu’il peut décaler ou annuler s’il estime que le président est trop fatigué ou pressé) et l’accompagne dans chacun de ses déplacements à l’étranger.

Il est le seul à pouvoir pénétrer dans son bureau sans s’annoncer, le seul aussi à échapper à toute hiérarchie, personne ne s’avisant, pas même le directeur de cabinet ou le secrétaire général de la présidence, de passer outre ses directives. Parfois, il est aussi secrétaire particulier : certains interlocuteurs d’Ali passent par lui pour joindre ce dernier et lui faire parvenir documents ou missives, en toute discrétion.

Park est aujourd’hui, avec Maixent Accrombessi, le plus proche et le plus fidèle collaborateur d’Ali Bongo Ondimba

Les deux hommes se sont rencontrés en 1984, quand Park Sang-chul a répondu à une offre d’emploi qui visait à recruter des gardes du corps pour le gouvernement gabonais. Il laisse alors sa femme et son bébé de deux mois pour servir Libreville. Il est assigné à la protection rapprochée du jeune Ali, alors étudiant en France. Ils ne se quitteront plus, du ministère des Affaires étrangères à la présidence, en passant par la Défense. Park est aujourd’hui, avec Maixent Accrombessi, le plus proche et le plus fidèle collaborateur d’Ali Bongo Ondimba. Un ange gardien en qui il a une confiance quasi aveugle. Son fils Jin est également à la présidence, où il occupe le poste de conseiller.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte