Économie

Lutte anticorruption : même les « Chinafricains » sont épinglés

Réservé aux abonnés | | Par
La lutte anti-corruption lancée par Xi Jinping n'épargne pas les acteurs de la Chinafrique.

La lutte anti-corruption lancée par Xi Jinping n'épargne pas les acteurs de la Chinafrique. © Minh Hoang/AP/SIPA

L’offensive ani-corruption menée par le président Xi Jinping s’étend désormais aux activités en Afrique d’opérateurs chinois.

Après s’en être pris aux « tigres » (les gros bonnets installés au pays), les services anticorruption menés par l’intraitable Wang Qishan, membre du Politburo et vieil ami du chef de l’État, s’attaquent aux « moucherons » (les hommes d’affaires véreux vivant hors des frontières nationales).

Troubles

Cent exilés sont ainsi recherchés – pour des faits de corruption dans la plupart des cas. Lancée tambour battant en mars 2013 par le président Xi Jinping, la lutte contre la corruption n’épargne pas les acteurs troubles de la « Chinafrique ».

Ancien des services secrets chinois, le discret Sam Pa, intermédiaire controversé dans plusieurs projets extractifs africains, a été arrêté le 8 octobre à Pékin dans le cadre d’une enquête sur les activités de Su Shulin, l’ex-président de la compagnie pétrolière publique Sinopec, active sur le continent.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte