Politique

Côte d’Ivoire : Zida-Soro, suite après la présidentielle ?

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 28 octobre 2015 à 15:51

Guillaume Soro, le 25 mars 2015, à Abidjan © Olivier/J.A.

Concentrées sur la campagne pour l’élection présidentielle, les autorités ivoiriennes n’ont pas officiellement réagi à la perquisition qui a eu lieu le 6 octobre au domicile ouagalais de Guillaume Soro.

Pour les proches de ce dernier, il s’est agi ni plus ni moins que d’une « violation de domicile ». Les magistrats burkinabè évoquent une commission rogatoire, mais l’ambassade de Côte d’Ivoire à Ouaga n’en a pas eu connaissance.

Officieusement, les Burkinabè se sont excusés, prétendant qu’ils s’étaient trompés de maison. Plutôt que la résidence de Soro, ce sont celles de Chantal Compaoré, l’ex-première dame, et de Moustapha Chafi, l’ex-conseiller de l’ex-chef de l’État, qui étaient en réalité visées. Abidjan ne devrait toutefois pas laisser cet acte « inamical » sans conséquence.