Sécurité

Mali : les dessous d’une réconciliation

Mongi Hamdi, à la tête de la Minusma

Mongi Hamdi, à la tête de la Minusma © Vincent Fournier/J.A.

Après des mois de combat dans le Nord et trois semaines de pourparlers, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme des mouvements d’autodéfense (progouvernementale) ont signé un accord de paix à Anéfis, le 15 octobre.

Tout s’est joué lors d’une réunion discrète organisée le 23 septembre au QG de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma), à Bamako. Invités par Mongi Hamdi, le patron de la Mission, les chefs de la CMA (Alghabass Ag Intalla, Mohamed Ag Najim) et ceux de la Plateforme (Mohamed Ould Mataly, Ahmoudène Ag Iknass) mandatés par le général Gamou, leur chef, se sont parlé trois heures durant en présence des ambassadeurs de France et d’Algérie.

« Nous avons été étonnés de leur franchise et de leur volonté de régler leurs différends pacifiquement », confie un médiateur. À l’issue de la rencontre, il a été convenu d’engager une grande négociation entre tribus rivales quatre jours plus tard, à Anéfis. Les « rebelles » ont ensuite été reçus par le président Ibrahim Boubacar Keïta au palais de Koulouba.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte