Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle au Burkina : une autre histoire est en marche»

Voir tout le sommaire
Elections

Présidentielle au Burkina : Saran Séré Sérémé, celle que l’on surnomme l’« amazone de Tougan »

Saran Séré Sérémé

Saran Séré Sérémé © ISSOUF SANOGO/AFP

Ils ne pensent qu’à ça. Qui, de ces quatorze candidats, sera le prochain président du Burkina Faso ? Saran Séré Sérémé a 46 ans et représentera le Parti pour le développement et le changement (PDC). Portrait.

Une des deux seules femmes candidates à la magistrature suprême, avec Françoise Toé, du Parti pour la démocratie et le progrès-Parti socialiste (PDP-PS). Mi-juillet, Saran Sérémé, présidente du PDC, a sans surprise été élue par les militants de son parti pour être leur candidate à la présidentielle. Ancien membre du bureau exécutif du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), après deux mandats en tant que députée CDP du Sourou (nord-ouest du pays), cette mère de deux enfants a claqué la porte de l’ex-parti au pouvoir en septembre 2012, peu avant les législatives.

Elle a alors fondé son propre parti, le PDC, et est devenue la seule femme à diriger une formation politique au Burkina. L’« amazone de Tougan » – surnom qui lui est donné en référence à son fief, dans la province du Sourou – est aussi une figure de l’insurrection. Elle est notamment à l’origine de l’importante marche des femmes contre le projet de modification de la Constitution qui a défilé dans les rues de Ouagadougou le 27 octobre 2014, quatre jours avant la chute de Blaise Compaoré.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte