Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle au Burkina : une autre histoire est en marche»

Voir tout le sommaire
Elections

Présidentielle au Burkina : Saran Séré Sérémé, celle que l’on surnomme l’« amazone de Tougan »

Saran Séré Sérémé © ISSOUF SANOGO/AFP

Ils ne pensent qu'à ça. Qui, de ces quatorze candidats, sera le prochain président du Burkina Faso ? Saran Séré Sérémé a 46 ans et représentera le Parti pour le développement et le changement (PDC). Portrait.

Une des deux seules femmes candidates à la magistrature suprême, avec Françoise Toé, du Parti pour la démocratie et le progrès-Parti socialiste (PDP-PS). Mi-juillet, Saran Sérémé, présidente du PDC, a sans surprise été élue par les militants de son parti pour être leur candidate à la présidentielle. Ancien membre du bureau exécutif du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), après deux mandats en tant que députée CDP du Sourou (nord-ouest du pays), cette mère de deux enfants a claqué la porte de l’ex-parti au pouvoir en septembre 2012, peu avant les législatives.

Elle a alors fondé son propre parti, le PDC, et est devenue la seule femme à diriger une formation politique au Burkina. L’« amazone de Tougan » – surnom qui lui est donné en référence à son fief, dans la province du Sourou – est aussi une figure de l’insurrection. Elle est notamment à l’origine de l’importante marche des femmes contre le projet de modification de la Constitution qui a défilé dans les rues de Ouagadougou le 27 octobre 2014, quatre jours avant la chute de Blaise Compaoré.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte