Politique
Roch Marc Christian Kaboré du MPP, vainqueur des législatives, et Zéphirin Diabré,  leader de l’UPC, deuxième force du Burkina Faso.

Cet article est issu du dossier

Qui sont les quatorze candidats à la présidentielle burkinabé ?

Voir tout le sommaire
Politique

Présidentielle burkinabè : tous les chemins mènent à Kosyam

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 9 novembre 2015 à 15:40

Vue aérienne de palais de la présidence du Burkina Faso dans le quartier de Ouaga 2000 à Ouagadougou. © Renaud Van Der Meeren pour Les Éditons du Jaguar

Sauf surprise de dernière minute, ils seront quatorze à concourir pour le premier tour de la présidentielle, le 29 novembre. Qui, de ces quatorze candidats, sera le président ?

Pour la plupart quinquagénaires, ils ont aussi tous, à quelques exceptions près, eu leur place, à un moment ou à un autre, au cœur du régime de Blaise Compaoré. Parmi les prétendants à sa succession, deux personnalités se détachent : Zéphirin Diabré, candidat de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), et Roch Marc Christian Kaboré, celui du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Unis dans la lutte contre l’ancien président depuis 2014, chacun joue désormais sa propre partition. Derrière eux, plusieurs outsiders, tels que Bénéwendé Sankara, éternel opposant à « Blaise » (et l’un des rares à n’avoir jamais servi l’ancien régime), Ablassé Ouédraogo ou encore Saran Séré Sérémé, pourraient peser sur ce scrutin qui s’annonce très ouvert. En cas de probable second tour, les tractations et les alliances – qui doivent être déjà en discussion dans les états-majors des partis – seront déterminantes pour l’issue du scrutin et l’accès à Kosyam.