Politique

Burundi – Rwanda : à couteaux tirés

Réservé aux abonnés | | Par
Pierre Nkurunziza et Paul Kagamé, à Kigali, le 29 novembre 2005.

Pierre Nkurunziza et Paul Kagamé, à Kigali, le 29 novembre 2005. © RICKY GARE/EPA/MAXPPP

Ça ne s’arrange pas entre Bujumbura et Kigali. Le 7 octobre, le Burundi a ordonné à un diplomate rwandais de quitter son territoire.

Désiré Nyaruhirira n’était pas n’importe qui : il était ministre conseiller auprès de l’ambassade du Rwanda depuis plusieurs années. Il était même considéré comme l’un des artisans du rapprochement entre le CNDD-FDD, le parti au pouvoir, et le régime de Kigali. Cela n’a pas empêché les autorités burundaises de lui signifier son expulsion sans se justifier, comme le leur permet l’article 9 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

À Bujumbura, on laisse entendre que l’on aurait peu goûté son ingérence dans les affaires burundaises, en cette période de crise. Surtout, cet épisode montre à quel point les relations entre les deux voisins se sont envenimées ces derniers mois, le Burundi ayant déjà accusé le Rwanda d’accueillir sur son sol des rebelles hostiles au président Nkurunziza (sachant que Kigali formule des accusations similaires à l’encontre de Bujumbura).

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte