Dossier

Cet article est issu du dossier «Le Niger entre deux fronts»

Voir tout le sommaire
Politique

Niger : Mahamane Ousmane promet de dénoncer le bilan économique de Mahamadou Issoufou

Mahamane Ousmane a 65 ans, il est l'ancien chef de l'État et le fondateur de CDS-Rahama. © TAGAZA DJIBO POUR J.A.

Dans la majorité, dans l'opposition comme dans la société civile, qu'elles soient ou non candidates aux législatives ou à la présidentielle, certaines personnalités s'imposent. Leurs avis et leurs choix seront déterminants pour l'issue des prochains scrutins. Mahamane Ousmane est l'ancien chef de l'État et fondateur de la CDS-Rahama.

Dans ses bastions historiques de Zinder, de Maradi et de Diffa, Mahamane Ousmane conserve une grande influence auprès des militants de la Convention démocratique et sociale (CDS-Rahama), le parti qu’il a créé en 1991 et qui l’a porté à la magistrature suprême en 1993.

Pourtant, l’ancien chef d’État (1993-1996) et ex-président de l’Assemblée nationale (1999-2009) a perdu le contrôle de la CDS-Rahama au profit de son vice-président dissident, Abdou Labo, ex-ministre d’État de Mahamadou Issoufou (à l’Intérieur, de 2011 à 2013, puis à l’Agriculture, en 2013-2014).

Par ailleurs, Mahamane Ousmane est sous le coup d’une levée d’immunité parlementaire et pourrait ne pas être autorisé à se présenter à la présidentielle de 2016.

D ‘autant qu’une autre affaire ressurgit, celle des 10 millions de dollars du prêt taïwanais qu’il a contracté à l’époque où il présidait aux destinées du Niger. Bien résolu à ne pas baisser les bras, Mahamane Ousmane dénonce « des combats d’arrière-garde, une façon de créer des crises inutiles », et compte se faire entendre suffisamment fort pour couvrir le bruit des casseroles qu’on lui prête.

Arrivé quatrième à la présidentielle de 2011 (8,33 % des suffrages exprimés au premier tour), l’économiste formé en France et aux États-Unis promet notamment de dénoncer le bilan économique « désastreux » de Mahamadou Issoufou. Et il est à la tête du Front patriotique et républicain (FPR), la coalition de l’opposition créée le 17 août dernier et qui comprend notamment le chef de file de l’opposition, Seini Oumarou, et l’ancien président du Parlement, Hama Amadou (lire leurs portraits).

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte