Société

Église catholique : les intégristes draguent les évêques africains

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 6 octobre 2015 à 08:28

Le pape François au Vatican, le 3 octobre 2015. © Riccardo De Luca/AP/SIPA

Le synode sur la famille qui s’est ouvert le 4 octobre au Vatican, à Rome (51 évêques africains étaient attendus), a été précédé d’une offensive en règle des milieux catholiques traditionalistes auprès de ces derniers.

Chaque prélat a ainsi été directement contacté par une étrange association, Filiale supplique, émanation de Tradition, Famille, Propriété, une puissante organisation d’origine brésilienne qui fédère tout un réseau international de groupes intégristes « pro-vie », homophobes, antiféministes, hostiles à la « théorie du genre » et proches des milieux d’extrême droite.

Objectif : obtenir la signature des éminences du continent au bas d’une pétition adressée au pape François. Au total, 250 000 signatures auraient déjà été recueillies, dont celles d’une cinquantaine d’évêques et de cardinaux américains et est-européens connus pour leurs positions conservatrices. La lettre qui accompagne cette pétition est destinée à obtenir du pape qu’il s’engage clairement dans « la défense du modèle de famille enseigné par Notre Seigneur ». Le texte, dont J.A. s’est procuré copie, est sans équivoque.

Il ambitionne de « réagir contre l’offensive déchaînée dans les médias laïcistes », qui menacerait « la survie » de la chrétienté. L’association, qui mène campagne en Afrique sur ce thème depuis quatre mois en demandant aux évêques de « collecter le plus possible de signatures », a rencontré un écho favorable au sein du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (Sceam). Rendu public fin septembre, le document de cette instance suprême des évêques du continent accorde une large place aux positions les plus conservatrices en matière de « morale sexuelle ».