Elections

Côte d’Ivoire : élection présidentielle 2.0

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Youssouf Bakayoko, en novembre 2010

Youssouf Bakayoko, en novembre 2010 © Issouf Sanogo/AFP

Pour assurer la transparence de la prochaine élection présidentielle et éviter le renouvellement des errements passés, la Commission électorale indépendante (CEI) fait appel aux technologies de pointe.

Après avoir choisi le transfert électronique vers Abidjan des résultats provisoires collectés au siège des commissions locales, Youssouf Bakayoko, son président, va imposer le recours à la biométrie lors des opérations de vote, ce qui présentera l’avantage de faire taire les habituelles accusations de fraude.

L’empreinte électronique de chaque votant sera donc immédiatement enregistrée et notifiée au fichier électoral national (environ 6,2 millions de noms). Impossible, donc, de voter plusieurs fois. La CEI envisage par ailleurs de porter de 19 000 à 21 000 le nombre des bureaux de vote afin de tenir compte des quelque 300 000 électeurs supplémentaires enrôlés lors de la dernière révision des listes électorales.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte