Politique

Algérie : Zeghmati, un procureur de moins…

Réservé aux abonnés | | Par
Belkacem Zeghmati avait lancé des mandats d’arrêts contre Chakib Khelil, ex-ministre de l’Énergie

Belkacem Zeghmati avait lancé des mandats d'arrêts contre Chakib Khelil, ex-ministre de l'Énergie © Fayez Nureldine/AFP

Dommage collatéral de l’éviction du général major Mohamed Mediène, dit Toufik, de la tête du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) ou simple turnover, le procureur général de la cour d’Alger, Belkacem Zeghmati, a été remercié au cours d’un mouvement de magistrats décidé le 21 septembre par le président Abdelaziz Bouteflika.

En poste depuis 2007, Zeghmati avait défrayé la chronique durant l’été 2013 en lançant des mandats d’arrêt internationaux contre Chakib Khelil, ex-ministre de l’Énergie, son épouse et leurs deux enfants. Ami d’enfance du chef de l’État, Khelil est soupçonné de corruption dans le cadre de faramineux contrats accordés par Sonatrach à la firme italienne Saipem.

« Étant donné le dossier que j’avais, expliquait le procureur à l’époque, je me devais d’émettre un mandat d’arrêt contre Khelil. » Pris en grippe par l’entourage présidentiel, qui lui reprochait de ne pas avoir empêché l’émission de ces mandats, le ministre de la Justice, Mohamed Charfi, avait été remercié en septembre 2013.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer