Diplomatie

Congo : à Brazzaville, au rendez-vous des ex-présidents africains

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique - envoyé spécial à Tanger
Mis à jour le 21 septembre 2015 à 15h04
Blaise Compaoré accueillant Denis Sassou Nguessoà Ouagadougou, en octobre 2009.

Blaise Compaoré accueillant Denis Sassou Nguessoà Ouagadougou, en octobre 2009. © ISSOUF SANOGO/AFP

L’« information » a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux, mais elle était fausse. Blaise Compaoré, l’ancien président burkinabè, n’était pas à Brazzaville les 16 et 17 septembre, au moment du coup d’État du général Diendéré, mais à Rabat.

« Blaise » a donc suivi les péripéties du putsch depuis le Maroc – qui a été l’un des premiers pays africains à le condamner. Reste que si la rumeur a fait florès, c’est parce que Compaoré s’est déjà rendu au Congo à deux reprises depuis sa chute. Le président Denis Sassou Nguesso (DSN), avec qui il a toujours entretenu de bonnes relations, n’est en effet pas homme à renier ses amitiés lorsqu’elles ne sont plus politiquement correctes.

Peuvent en témoigner le Ghanéen Jerry Rawlings, le Malien Moussa Traoré, le Sénégalais Abdoulaye Wade, le Béninois Nicéphore Soglo, le Nigérian Olusegun Obasanjo, le Cap-Verdien Pedro Pires, le Santoméen Miguel Trovoada et quelques autres anciens chefs d’État, tous reçus au palais du Plateau lors de leurs passages dans la capitale congolaise.

Commentaire d’un diplomate français qui le connaît bien : « DSN ne s’ingère pas dans les affaires des autres, mais il est le seul à ne pas laisser tomber ses pairs quand ils ne sont plus au pouvoir ; sur ce plan, il a pris la place laissée vacante par Houphouët et par Bongo père. »

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte