Dossier

Cet article est issu du dossier «Les patrons africains de l'hôtellerie»

Voir tout le sommaire
Tourisme

Afrique du Sud : Otto Stehlik, l’hôtelier récidiviste

L'hôtel Protea Knysna Quays, en Afrique du Sud © Marriot/Protea

Face à la concurrence des grandes chaînes hôtelières telles que Marriott ou Radisson, ces patrons n'hésitent plus à investir dans le secteur, en développant une offre à la fois adaptée au tourisme d'affaires, ainsi qu'aux futurs vacanciers. Portraits de ces dirigeants africains. En Afrique du Sud, Otto Stehlik est le patron du jeune groupe hôtelier Bon Hotels.

Début 2014, Otto Stehlik était encore à la tête de l’un des plus grands groupes hôteliers africains. Véritable icône de cette industrie, le Sud-Africain a depuis cédé les 116 établissements et les 10 148 chambres de sa chaîne Protea, présente dans sept pays du continent, à l’américain Marriott. Montant de l’opération : 186 millions de dollars (environ 137 millions d’euros).

Mais au lieu de se retirer et de profiter d’une retraite dorée, l’homme d’affaires a rejoint en mai dernier Bon Hotels, un jeune groupe hôtelier sud-africain fondé en 2012 et dirigé par son fils, Guy. Otto Stehlik doit apporter son expertise et son expérience pour l’expansion de Bon Hotels, spécialisé dans les trois- et quatre-étoiles.

Fermer

Je me connecte