Dossier

Cet article est issu du dossier «Les patrons africains de l'hôtellerie»

Voir tout le sommaire
Tourisme

Hôtellerie africaine – Mossadeck Bally, des projets partout

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 06 octobre 2015 à 19h21
Mossadeck Bally est le patron du groupe hôtelier Azalaï.

Mossadeck Bally est le patron du groupe hôtelier Azalaï. © Réussite

Face à la concurrence des grandes chaînes hôtelières telles que Marriott ou Radisson, ces patrons n’hésitent plus à investir dans le secteur, en développant une offre à la fois adaptée au tourisme d’affaires, ainsi qu’aux futurs vacanciers. Portraits de ces dirigeants africains. Au Mali, Mossadeck Bally est le patron du groupe Azalaï Hotels.

Rien n’arrête le patron du groupe malien Azalaï Hotels, qui, en vingt ans, a réussi à imposer sa marque en Afrique de l’Ouest. Avant la fin de l’année, deux nouveaux établissements viendront élargir son réseau, qui comptera alors huit hôtels dans six pays : une unité de 75 chambres est en cours de rénovation à Nouakchott, et la construction d’un quatre-étoiles de 200 chambres s’achève à Abidjan.

Et ce n’est pas fini ! En septembre, Mossadeck Bally a lancé le chantier d’un quatre-étoiles à Dakar puis a posé à Conakry la première pierre d’un autre hôtel. Enfin, en 2016, un nouveau chantier devrait démarrer à Niamey. Coût de ce développement tous azimuts : 150 millions d’euros au cours des deux prochaines années. « Avec le boom du commerce régional, la clientèle africaine est de plus en plus nombreuse.

Visibilité

Tout comme la clientèle internationale, qui apprécie le bon rapport qualité-prix des marques du continent », explique Mossadeck Bally. Le patron d’Azalaï, qui a noué l’an dernier un partenariat avec Worldhotels pour gagner en visibilité au niveau mondial, table sur un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros en 2015.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte