Tourisme
L’hôtel Grand Karavia, au bord du lac Kipopo, à Lubumbashi, en République démocratique du Congo, le 22 février 2015. © Gwenn Dubourthoumieu pour J.A.

Cet article est issu du dossier

Les patrons africains de l’hôtellerie

Voir tout le sommaire
Économie

Hôtellerie africaine – Mossadeck Bally, des projets partout

Face à la concurrence des grandes chaînes hôtelières telles que Marriott ou Radisson, ces patrons n’hésitent plus à investir dans le secteur, en développant une offre à la fois adaptée au tourisme d’affaires, ainsi qu’aux futurs vacanciers. Portraits de ces dirigeants africains. Au Mali, Mossadeck Bally est le patron du groupe Azalaï Hotels.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 octobre 2015 à 19:21

Mossadeck Bally est le patron du groupe hôtelier Azalaï. © Réussite

Rien n’arrête le patron du groupe malien Azalaï Hotels, qui, en vingt ans, a réussi à imposer sa marque en Afrique de l’Ouest. Avant la fin de l’année, deux nouveaux établissements viendront élargir son réseau, qui comptera alors huit hôtels dans six pays : une unité de 75 chambres est en cours de rénovation à Nouakchott, et la construction d’un quatre-étoiles de 200 chambres s’achève à Abidjan.

Et ce n’est pas fini ! En septembre, Mossadeck Bally a lancé le chantier d’un quatre-étoiles à Dakar puis a posé à Conakry la première pierre d’un autre hôtel. Enfin, en 2016, un nouveau chantier devrait démarrer à Niamey. Coût de ce développement tous azimuts : 150 millions d’euros au cours des deux prochaines années. « Avec le boom du commerce régional, la clientèle africaine est de plus en plus nombreuse.

Visibilité

Tout comme la clientèle internationale, qui apprécie le bon rapport qualité-prix des marques du continent », explique Mossadeck Bally. Le patron d’Azalaï, qui a noué l’an dernier un partenariat avec Worldhotels pour gagner en visibilité au niveau mondial, table sur un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros en 2015.