Dossier

Cet article est issu du dossier «Les services de renseignements africains»

Voir tout le sommaire
Sécurité

Kenya : la retraite active du chef du renseignement, Philip Wachira Kameru

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 21 septembre 2015 à 16h38
Philip Wachira Kameru, à la tête du NIS, l’agence de renseignement kényane.

Philip Wachira Kameru, à la tête du NIS, l'agence de renseignement kényane. © Presidentiel Press Service/AFP

La menace terroriste de plus en plus présente a forcé les services secrets africains à se moderniser, et à revoir en profondeur leur politique de renseignement. À qui le pouvoir a-t-il confié cette délicate tâche ? Philip Wachira Kameru est à la tête du NIS, l’agence de renseignements kényane.

Entre le 15 et le 17 juin 2014, quelque 60 personnes sont tuées dans une attaque du groupe terroriste Al-Shebab, à Mpeketoni, près de Lamu. Accusé aussitôt par les Kényans : le National Intelligence Service (NIS), qui n’a pas su prévoir ce drame malgré une profonde restructuration il y a cinq ans. Mais pour le président Uhuru Kenyatta, là n’est pas le problème.

Le NIS a parfaitement fonctionné, mais le groupe islamiste aurait bénéficié de soutiens locaux. Est-ce la raison qui a poussé le chef de l’État à renforcer la législation antiterroriste, l’imposant au forceps à l’Assemblée nationale ? Toujours est-il que le général Philip Wachira Kameru a désormais les coudées franches pour surveiller, traquer et frapper les Shebab.

Nommé à la tête du NIS en août 2014, Kameru était à la retraite (après trente-six années de bons et loyaux services) lorsque Kenyatta l’a finalement rappelé pour remettre l’agence sur les rails. Les résultats seraient probants, si l’on en croit une note d’une agence de renseignement occidentale.

Né à Nyeri (Centre), dévoué, discipliné, loyal et intègre, le général est notamment titulaire d’un diplôme en relations internationales obtenu à l’université de Nairobi et de plusieurs masters en sécurité nationale et internationale suivis en Grande-Bretagne et aux USA.

Passé par l’Amisom, la mission de l’Union africaine en Somalie, Kameru serait, selon les journaux kényans, l’artisan des victoires obtenues par son unité en octobre 2011, lors de l’incursion de l’armée en Somalie contre les Shebab. Saura-t-il transformer l’essai au NIS ?

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte