Dossier

Cet article est issu du dossier «Les services de renseignements africains»

Voir tout le sommaire
Sécurité

Emmanuel Karenzi Karake, rodé au culte du renseignement rwandais

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 24 septembre 2015 à 08h55
Emmanuel Karenzi Karake

Emmanuel Karenzi Karake © Justin Tallis/AFP

La menace terroriste de plus en plus présente a forcé les services secrets africains à se moderniser, et à revoir en profondeur leur politique de renseignement. Au Rwanda, Emmanuel Karenzi Karake est à la tête des renseignements militaires.

Nommé à la tête des services de renseignements militaires rwandais en 2011, après une brève période de disgrâce, le général Emmanuel Karenzi Karake, 54 ans, est issu de la branche militaire du Front patriotique rwandais (FPR), entré en rébellion contre le régime Habyarimana en 1990 depuis l’Ouganda voisin, un pays où lui-même a longtemps vécu.

Cet officier discret a fait la une des médias internationaux en juin, lorsqu’il a été placé sous mandat de dépôt

Rodé de longue date au protocole sécuritaire strict et au culte du renseignement dont les forces armées rwandaises se sont fait une spécialité depuis les années de maquis, « KK », comme il est surnommé, a étudié le commerce et les questions de défense en Afrique du Sud, au Kenya et en Grande-Bretagne. Cet officier discret a fait la une des médias internationaux en juin, lorsqu’il a été placé sous mandat de dépôt puis assigné brièvement à résidence à Londres dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen délivré en 2008 par la justice espagnole contre trente-neuf officiers rwandais.

La procédure d’extradition engagée par les Britanniques a finalement été abandonnée en août dernier. En tant que responsable des National Intelligence and Security Services (Niss), cet officier, qui a aussi été le commandant en second de la Force conjointe de l’ONU et de l’UA au Darfour, dirige et coordonne le dispositif antiterroriste du pays.

Les principales menaces identifiées sont les mouvements rebelles opérant dans l’est du Congo, telles les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), ou les mouvements de l’opposition radicale en exil, comme les FDU-Inkingi de Victoire Ingabire ou le Rwanda National Congress de Théogène Rudasingwa, soupçonnés de fomenter des attentats sur le territoire rwandais.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte