Vie des partis

Tunisie : pourquoi Morjane a jeté l’éponge

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 14 septembre 2015 à 16h26
Kamel Morjane, à Tunis, en 2013

Kamel Morjane, à Tunis, en 2013 © Ons Abid/J.A.

Pourquoi Al-Moubadara, le parti fondé par Kamel Morjane, l’ancien ministre de Ben Ali (Défense, Affaires étrangères), a-t-il été amené à s’autodissoudre ?

Après un premier résultat encourageant (cinq sièges dans l’Assemblée constituante de 2011), il n’avait par la suite cessé de péricliter (aucun élu lors des législatives de 2014). Des sources proches de son ancien bureau exécutif mettent en cause la manière trop personnelle qu’avait Morjane de diriger.

En clair : il a tout fait pour empêcher l’émergence de responsables plus jeunes. « Depuis des mois, Al-Moubadara était une coquille vide », accuse un opposant. Malgré des soucis de santé, ce même Morjane n’a manifestement aucune intention de se retirer de la politique.

Le 15 octobre, il est censé présenter un « programme de salut » pour la Tunisie.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer