Conso & Distribution

E-commerce : Afrimarket défie Jumia à Abidjan

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 10 septembre 2015 à 17h27
Le site e-commerce d'Afrimarket.

Le site e-commerce d'Afrimarket. © Afrimarket

Avec l’aide d’Orange, le spécialiste du transfert d’argent en « cash-to-goods » a lancé en Côte d’Ivoire un site de commerce en ligne.

Après CDiscount, qui s’est lancé depuis un an dans quatre pays d’Afrique francophone subsaharienne, le leader du commerce en ligne, Jumia, compte un nouveau concurrent, Afrimarket. Avec l’aide de celui qui est depuis quelques mois un actionnaire de poids : Orange, la start-up a créé et mis en place fin août une activité de vente en ligne en Côte d’Ivoire. Sous la houlette de son patron local, Aboubacar Silué, elle propose aux Ivoiriens quelque 3 000 références dans tous les domaines, depuis l’alimentaire jusqu’aux matériaux de construction, payables via Orange Money et livrables en quelques jours partout dans le pays.

Fondée en mars 2013 par Jérémy Stoss, Rania Belkahia et François Sevaistre, Afrimarket s’est d’abord spécialisée dans le cash-to-goods – l’achat de marchandises pour un destinataire en Afrique payé par un tiers en Europe. Dans ce domaine, la jeune pousse a bousculé le leader Western Union, en surfant sur le besoin de la diaspora de choisir les types de biens achetés par ceux à qui bénéficient les transferts.

3000 références

C’est dans le cadre de cette activité de cash-to-goods qu’est née l’idée d’Afrimarket de se développer dans le commerce en ligne. La société a en effet développé depuis deux ans un réseau logistique et noué de nombreux partenariats avec des fournisseurs locaux : les leaders de la grande distribution Prosuma ou CDCI, pour citer les plus importants, mais aussi des fournisseurs plus modestes (un éleveur de mouton, par exemple).

Nouveau modèle

Ce sont ces mêmes partenaires qui vendent leurs produits via le site en ligne d’Afrimarket. Et ce dernier, à la différence de Jumia ou CDiscount, n’a pas besoin de stocker lui-même les produits.

En revanche, en se lançant dans le e-commerce, Afrimarket renonce aux frais de 5% jusqu’alors prélevés aux clients de son activité de transfert d’argent. La commission est facturée uniquement aux magasins partenaires.

Après le test ivoirien, Afrimarket pourrait développer sa nouvelle activité au Bénin, au Togo, au Sénégal et au Cameroun.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte