Politique

Tunisie : chambardement sécuritaire à l’Intérieur

Mutations, remplacements, etc… Le ministère tunisien de l’Intérieur est sur le point de connaître d’importants changements.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 7 septembre 2015 à 14:49

Habib Essid, le Premier ministre tunisien. © AFP

Habib Essid, le Premier ministre, procédera dans les prochains jours à d’importants changements au ministère de l’Intérieur. Vacant depuis le 6 mars, le poste de directeur général de la sûreté nationale (DGSN) va par exemple être pourvu. C’est une volte-face puisque, depuis le printemps dernier, Rafik Chelly, le secrétaire d’État à la Sûreté, assurait de surcroît les fonctions de DGSN. L’expérience n’a pas été probante. Deux cents délégués (l’équivalent des sous-préfets) seront par ailleurs mutés ou remplacés. But avoué de ces bouleversements : remédier aux graves dysfonctionnements qui ont rendu possible l’attentat de Sousse, le 26 juin (38 morts).